Défendre les valeurs de son entreprise sur le web, mais aussi sur le terrain

Image

Afin de promouvoir ses compétences, son portefeuille client, ou ses actualités, les entreprises aiment communiquer, que ce soit sur des supports print ou web. Normal, il s’agit de vecteurs commerciaux, ayant pour vocation de prouver son expertise et de rassurer le visiteur.

Toutefois, les valeurs défendues par la société sont souvent reléguées à des seconds rôles. Ces convictions et idéaux représentent pourtant l’identité de chaque structure, et valorisent objectivement leur vision des choses. Dire que vous êtes le meilleur dans votre domaine c’est une chose, mais clamer que vous défendez l’idée d’accompagner les clients pour leur être utile en est une autre. En terme d’impact, la réaction affective et le climat de confiance peut davantage s’instaurer lorsque vous parler de vos valeurs, plutôt que de vos muscles. Pourquoi ne pas tenter de positionner vos valeurs en pôle position pour une fois ?

Attention, cela ne signifie pas que les onglets « prestations », « création » ou « références » soient à mettre de côté bien au contraire. Les valeurs sont complémentaires, mais stratégiques. Souvent, les sites Internet proposes uniquement un « qui sommes nous », melting pot d’un discours corporate souvent formel.

Chez Useweb, les valeurs s’affichent et se défendent sur le web, mais également sur le terrain. Car la communication off-line reste primordiale, même pour une agence web. C’est pourquoi nous participons régulièrement à des événements locaux, organisons des rencontres amicales et animons des conférences pour sensibiliser le public autour des pratiques du numériques. Dans le cadre des stratégie web nous défendons effectivement l’idée du transfert de compétence, de l’accompagnement et du travail d’équipe.

Dernière exemple en date, le 23 mars dernier où l’agence a fait le choix de soutenir l’Aurore de Vitré afin de souligner la valeur de l’effort collectif. Nous étions sur place, salle de la Poultière, pour participer :

– à la rencontre de N3 entre l’équipe réserve de l’Aurore et l’AS CHERBOURG, leader de la poule F.
– au match de l’équipe fanion de l’Aurore qui accueillait CAEN BC, 4ème de la poule C.

Deux rencontres spectaculaires, au cours desquelles l’équipe de Useweb encourageait les Blancs de Vitré, qui arboraient notre logo.

Comme quoi, le réel peut être la matérialisation de vos engagements virtuels.

Qu’en pensez-vous ?

L’agrégateur Google Reader va disparaître au 1er juillet 2013

Image

Google reader est mort, vive Google reader  ?

Voilà une nouvelle qui risque de faire parler d’elle. L’outil phare des veilleurs et autres aficionados de flux RSS va effectivement fermer ses portes dans les prochains mois, d’après une annonce faite hier sur le blog officiel de Google.

Créé en 2005, Google reader est (était ?) un outil très puissant et simple à prendre en main pour rassembler la plupart de ses sites favoris. Une interface claire et épurée qui a permis à des millions d’utilisateurs de suivre l’actualité de leurs sites fétiches tout en gagnant un temps considérable.

Or au fil des années, il semblerait que cette relation privilégiée avec les internautes se soit émoussée. Un usage en berne qui provoque à présent la fermeture du service.

En somme, un choix logique si on en croit le nombre d’utilisateurs, toujours en baisse, mais qui laisse pourtant un goût d’inachevé, surtout quand on sait que l’on pouvait très simplement partager des ressources issues de notre Google Reader avec notre réseau Google Plus. Un coup dur pour les communautés de travail (privées par exemple) qui sélectionnaient des sources de qualité pour leurs propres articles.

Habemus Netvibes  !

N’oublions pas tout de même que d’autres outils du même acabit existent, comme le populaire Netvibes, qui reste une valeur sûre de l’agrégation de contenus. Netvibes dispose en effet de la plupart des fonctionnalités de Google reader.

Bien entendu, il existe une multitude d’outils similaires comme l’excellent Feedly, mais nul doute que la disparition de ce taulier de la veille « Made In » Google va faire couler beaucoup d’encre.

Reste à attendre la réaction des utilisateurs et des formateurs de veille qui ont recommandé à tous leurs clients d’utiliser cette interface 😉  ! Pire, qu’en est-il de toutes les applications qui dépendent de l’API de Google reader ?

Et vous, que pensez-vous de cette nouvelle  ?
Allez-vous regretter Google reader ?