Faute avouée est à moitie pardonnee

Crédits photo : Eric Ries

On a beau avoir les meilleures intentions du monde, parfois ça ne marche pas. Aucune entreprise n’est à l’abris de la panne, du plantage, du bug, de l’erreur humaine aux conséquences lourdes, du grain de sable dans les rouages de la machine.

Et parce que l’heure est à la transparence, à l’honnêteté, à l’humanisation de la relation client, ces interruptions de service font de plus en plus l’objet de rapports plus ou moins détaillés par les entreprises elles-mêmes.

Voici quelques-uns de ces mea culpa. L’idée n’est pas de pointer du doigt des fautifs. Au contraire. Il y a toujours une bonne leçon technique ou organisationnelle à retirer de ces situations d’urgence.

En connaissez-vous d’autres ?

  • […] chez Useweb, j’avais publié un article sur le blog de l’agence intitulé « Faute avouée est à moitié pardonnée« , listant plusieurs cas de pannes ayant durement touché des entreprises du Web et […]